Séance du conseil du 10 décembre 2019

Je comprends que certains étaient préoccupés par la levée du moratoire, alors je voulais partager un message avec les résidents qui me semblait important. Voici mon message que j’ai partagé lors de la séance du conseil:

Les orientations de la ville de Saint-Lazare dans son plan de conservation adopté en 2014 sont très claires!

Par exemple, on parle de :
• Protéger et restaurer le couvert forestier
• Maintenir la diversité biologique
• Protéger les milieux humides
• Protéger les eaux souterraines – Je voudrais vous rappeler que la ville de Saint-Lazare s’approvisionne uniquement d’eau souterraine et que notre zone de recharge contribue à 41% à la recharge « régionale ».

Ces orientations sont cohérentes avec les orientations du schéma d’aménagement de la MRC, du PMAD de la CMM et du gouvernement du Québec.

On peut également constater dans plusieurs documents, tels les études de Génivar mandaté par la ville (2007,2011), le rapport PACES (2015) et le rapport de la Chair Liber Ero de McGill (2016), qu’il y a de nombreux secteurs de la Ville qui ont une très haute valeur écologique. Tout en particulier, dans l’ouest de la ville où se situe aussi notre zone de recharge.

Malgré ça et malgré les recommandations dans le plan de conservation, les élus du temps n’avaient pas mis en place les mesures nécessaires dans sa règlementation pour assurer la protection adéquate de ses milieux naturels et d’eau souterraine. On peut même constater qu’il y a eu certain développent résidentiels qui ont été construits dans des zones qui avaient été jugé sensible et à haute valeur écologiques.

En fonction de ces nouvelles connaissances, les élus … ont voulu agir.

C’est pourquoi, il y a déjà un an, que le moratoire avait été mis en place. Le conseil voulait prendre un temps de réflexion afin de mettre en vigueur notre plan directeur de conservation et de revoir nos règlements pour que nous puissions ajouter les outils nécessaires pour protéger nos zones sensibles et nos ressources en eau potable. Ceci était également une demande de nos citoyens.

Avec l’aide de Me Jean-François Girard qui est avocat en droit de l’environnement et en droit municipal et le travail acharné du comité de l’environnement, nous jugeons disposer de suffisamment d’outils pour commencer à mettre en œuvre les règlements appropriés pour atteindre les objectifs que nous avions définis.

Ceci dit, nous avons décidé de lever le moratoire. C’est une bonne nouvelle, car cela signifie que nous progressons. Les élus veulent rassurer les résidents que nous allons continuer à travailler sur ce dossier pour assurer la protection à long terme de l’environnement et des ressources en eau potable. Nous ne pouvons plus continuer à faire les choses comme nous l’avons toujours fait, les enjeux sont trop importants. Les biens et services écologiques rendus par nos milieux naturels jouent un rôle crucial pour l’ensemble de la population de Saint-Lazare. Il faut souligner que la protection de l’environnement est une responsabilité collective. Avec les changements climatiques, ceci est encore plus important que jamais. Notre objectif est de maintenir une qualité de vie sur notre territoire non seulement pour nos résidents d’aujourd’hui mais aussi pour nos générations futures.

Résolution officielle 12-499-19 pour la levée du moratoire (https://ville.saint-lazare.qc.ca/documents/ProcesVerbaux/2019/SO191210.pdf)

Résolution projet de règlement 1079-P1

Comme mentionné dans le texte ci-dessus, le conseil est convaincu que nous avons les bons outils pour mettre en place des règlements pour protéger nos zones écosensibles et nos ressources en eau conformément aux orientations du plan directeur de conservation. La première étape a été mise en place avec le projet de résolution qui a également été adopté le 10 décembre. Résolution 12-505-19. Règlement numéro1079-P1 modifiant le règlement de zonage 771 afin d’assurer la protection du couvert forestier et de favoriser l’aménagement durable de la forêt privée. Ce projet de règlement limitera l’abattage des arbres et la destruction de l’écosystème par des usages anthropiques à l’intérieur des bois et corridors forestiers métropolitains et à l’intérieur de forêts intérieures profondes de 4 hectares ou plus. Ce règlement n’affecte pas les maisons existantes ou les terrains sur des rues municipales publiques existantes. Vous pouvez lire l’intégralité du règlement 1079 proposé ici.

Nous examinerons d’autres changements aux règlements au cours de la nouvelle année. Il est important de noter que lorsque le nouveau schéma de la MRC sera adopté (espérons au printemps), nous aurons 2 ans pour incorporer notre plan de conservation dans nos règlements. Ce n’était que la première étape.

Inexactitudes

Dans un article de Your Local Journal (12 décembre 2019) concernant la levée du moratoire le 10 décembre, le maire est cité: «Le conseil a mis le moratoire en place il y a un an et demi. J’ai voté contre à l’époque, car ce n’était pas légal ». Il existe certaines inexactitudes qui doivent être mises en évidence.

Le moratoire a été adopté par résolution le 13 novembre 2018, il y a 13 mois et non un an et demi. Erreur mineure, mais qui fait le compte! L’autre inexactitude plus importante à noter est la position du maire sur son vote au sujet du moratoire. En fait, la raison pour laquelle l’ancienne conseillère Pamela Tremblay et le maire Grimaudo ont voté contre le moratoire est parce qu’ils voulaient que le moratoire couvre tout le territoire de Saint-Lazare et pas seulement le secteur Ouest où les zones les plus sensibles ont été identifiées. J’en ai discuté dans un article précédent que vous pouvez lire ici. Sa position est très claire; vous pouvez le regarder sur la vidéo YouTube ci-dessous. Donc, cette déclaration dans Your Local Journal me confond grandement.

De plus, une enquête a été menée par la MAMH (et non par la MAMOT) concernant le moratoire, car une plainte leur a été envoyée. Les détails réels de la plainte et l’identité du plaignant sont inconnus et confidentiels selon la Loi facilitant la divulgation d’actes répréhensibles à l’égard des organismes publics (LFDAROP). Il est donc étrange que le maire semble prétendre connaître les détails de l’enquête. Peut-être le maire a-t-il eu un léger manque de mémoire lors de l’entretien avec le journaliste qui explique toutes ces inexactitudes et j’espère demander une rétractation afin que les résidents aient les bonnes informations.

Regardez entre les minutes 00:18:00 et 00:22:00

Aller de l’avant

Nous continuerons à mettre en place des règlements conformément aux orientations et recommandations du Plan directeur de conservation. Le comité de l’environnement a travaillé très fort pour réviser et mettre à jour le plan. De plus, un projet de développement durable arrive au cours de la nouvelle année. Les résidents seront invités à participer à ce projet. Veuillez garder un œil sur d’autres nouvelles dans un proche avenir.